Communiquer – 1 : De notre Communication à notre Développement ?

par / lundi, 20 juin 2011 / Publié dansBoris Cyrulnick, Citations, Communiquer, Pédagogie

J’ai une anecdote à vous faire partager… dont la source provient de l’avant-propos d’un ouvrage de Boris Cyrulnick « Les Nourritures affectives » (*)

Savez-vous que la pensée occidentale a modifié le comportement des chiens ?

Depuis quatorze mille ans qu’ils nous côtoyaient et participaient à nos histoires, ils ont fini par se considérer comme des surchiens !

Notre imprégnation culturelle a modifié leur psychisme ! Comme tous les êtres civilisés, ils aboient beaucoup, exprimant ainsi leur participation à nos échanges verbaux. Mais si les chiens campagnards n’aboient qu’en connaissance de cause, les chiens sauvages n’aboient guère, car tous les chasseurs se taisent, quelle qu’en soit l’espèce. Nous avons là sous nos yeux, et dans nos oreilles, la réponse au très vieux débat philosophique sur les parts respectives de l’inné et de l’acquis : une espèce génétiquement douée pour aboyer devient silencieuse en milieu naturel et aboyeuse en milieu civilisé.

Les chiens nous font comprendre qu’une même promesse génétique prend des formes différentes selon qu’elle se tient dans une écologie naturelle ou dans un milieu parolier.

Bien sûr, une vie de chien n’est pas une vie d’homme, quoique la réciproque ne soit pas vraie.

Source : « Les Nourritures affectives » – Boris Cyrulnick  – Editions Odile Jacob

(à Suivre…)

Laisser un commentaire

TOP